D'abord rêvé puis envisagé, c'est grâce à l'appui de Marie que cette balade en catamaran a pu commencer.

Espagne, Portugal, Baléares, Corse, Sardaigne, Sicile, Italie , Grèce, ... Caraïbes pour l'instant, nos mouillages et rencontres à bord de Mr Happy (un Outremer 50 light) sont un vrai plaisir, Bien sur, quelques coups durs parfois, mais vraiment en minorité, je conseille à chacun de tenter l'aventure...

"Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, je vous propose d’essayer la routine… elle est mortelle. »

Paolo Coelho

mardi 19 mars 2019

Escapade au vent !

La fin de semaine arrive, et nous voilà à peu près dans les temps pour nous échapper avec nos amis de Water World (un cata Bélize pour ceux qui connaissent) sur la côte au vent de la Martinique : Destination la Baie des Anglais, et plus si affinités…
Après 2 h de louvoyage et une prise de bouée (obligatoire, ancrage interdit car réserve naturelle), nous voilà installés pour quelques jours. Water World nous rejoindra un peu plus tard, faute de pouvoir serrer le vent, merci à mes dérives !
Le  vent souffle un peu et hop, 1ère session de kitesurf dans ce paradis; vent presque régulier, pas trop de courant et de sargasses, une eau turquoise…. que demander de + ? et bien, une petite plage pour nous équiper (tirer les lignes et gonfler l’aile), car la seule plage viable est interdite aux humains : l’îlot Hardy est une reserve pour les oiseaux, et donc interdiction de s’approcher de l’île, et de sa jolie plage de sable blanc, à moins de 100m. Alors, en période de nidification tout à fait d'accord, mais pendant notre séjour, à part un rassemblement d’oiseaux en fin de journée et sur la côte ou déferlent les vagues (donc pas de notre côté), il n’y avait pas pas âme qui vive! Mais nous nous sommes débrouillés au mieux…
Les 2 jours suivant, nous avons enchainés bon petits repas, plongées avec les masques et tuba,  balades et sessions de Kite. Du coup, j’ai pas mal progressé grace à mon prof perso Alain de Water World (qui est réellement prof de Kite !), merci à lui pour le temps et la patience qu’il m’a accordé car c’était pas gagné avec mes vieux reflexes de planche à voile.
L’endroit est très tranquille, la passe assez facile à passer (malgré ces maudits casiers de pêcheurs en plein milieu de la passe), nous étions 2 catas seuls pendant 3 nuits, quelques voiliers de passages qui ne se sont pas arrêtés , les seules nuisances étant les quelques pêcheurs ou engins sur-motorisés qui promènent les touristes avec la sono à fond (2 à 3 /jour), donc vraiment cool.

nous sommes le petit point rose

Water World qui nous suit...

... et qui arrive dans la passe

un p'tit tour dans la Savane ?


vraiment une jolie baie !

ailleurs, ce n'est pas pareil, les sargasses s'agglutinent

What else ?!?




nos visiteuses du matin, ça sent le printemps !

au dernier soir, les sargasses et les grains arrivent....





mercredi 13 mars 2019

Bilan au bout de 6 ans de navigations (et non pas 5...!)


Un Mars et ça repart ! c’est ce que dit (disait) la pub…

Pour nous, Mars est le mois d’acquisition de Mr Happy (09/03/2013), alias Pépère pour les intimes, donc au bout de sa 6ème année de navigations diverses et variées en sa compagnie, nous pouvons déjà faire un premier bilan.
1°/ nous ne sommes pas déçus ! et c’est déjà pas mal !! quand on voit le nombre de voyages avortés…
1°bis/  nous ne sommes pas déçus de notre catamaran, voir même enchantés, mais ça, si vous nous suivez, vous l’aurez devinez de vous-même. Sachez tout de même que c'est notre 1er bateau, comme quoi on peut se lancer sans être un vieux loup de mer...
2°/ si vous souhaitez vivre peinard à buller dans votre hamacs, oubliez le voilier…
3°/ si vous n’arrivez pas à boucler les fins de mois, oubliez les voiliers, c’est pire qu’une danseuse… Le pire, ce sont les « pros » qui vous confirment bien que tout coûte cher dans la plaisance, même un Pro incompétent, et  il n’en manque pas selon Radio-Ponton !
4°/s’il vous faut les réseaux sociaux H24, oubliez les destinations hors d’Europe …
5°/ si vous ne savez pas bricolez, apprenez    ou gagnez au loto….mais mon conseil sera tout de même : oubliez les voiliers.

Côté navigation, ce n’est pas trop le problème en fait : les cartes électroniques , GPS , pilote auto, telephone satellite (pour la météo) sont à présent sur tous les bateaux. Le problème viendra de l’humain, du Captain, donc de la votre.

Côté sécurité-avitaillement, « radio-ponton » est efficace, donc pas trop de soucis. Sauf si vous allez dans des contrées non découvertes, loin du tapis roulant Tour d'Atlantique - Tour du Monde proche d l'équateur , il y a suffisamment d'infos sur le web...

Côté équipage, et couple en particulier, là ça se corse; beaucoup naviguent en solo, ou attendent des potes pour naviguer. Donc à chacun sa bonne étoile, et de faire qu’elle brille le plus longtemps possible, mais tout de même pas simple en vivant 24/24 dans 30m2. Même certaines boucles de 2 ans peuvent être écourtées parce que trop de navigations, parce que bateaux mal préparées, voyages trop idéalisés, ça ne plait pas à Madame, trop d’emmerdes, pas assez d’argent, voir pas assez d’internet ou liens sociaux (pour les ados notamment )

Côté choix du bateau, là c’est clair, pour nous c’est cata ou cata ! Pas envie d’aller chatouiller les glaces ou le Cap Horn (ou alors sur le bateau des autres), pas envie de s’agripper à son verre pour qu’il ne se renverse pas à la moindre vaguelette, pas envie de se poser des questions pour savoir si le mouillage est rouleur ou non, pas envie de descendre à la cave X fois/jour, pas envie d’être dépendant que d’un seul moteur (50% des problèmes (Volvo bof (voir beurk)), comme on préfère les mouillages à la navigation pure et dure, nous aimons bien lever l’ancre mais aussi la reposer ailleurs et rapido, et pour cela avoir une vitesse supérieur sans forcer permet de maitriser un peu plus la météo et les coups de vent. Un critère supplémentaire sont les dérives que j’ai apprécié pendant les 2300nm au près de l’an dernier, même si celles-ci plus de gestion et d’entretien. Les moins ? entretien annuel plus couteux, être un peu plus vigilants sur l’évolution de la météo, marinas/assurances plus chères, et nous concernant car coques fines, faire attention au poids embarqué.

Côté bricolage, là ça se corse; à moins de tout faire faire avec un bon portefeuille, il vous faut apprendre, et tous les jours; le pire étant au milieu de nulle part, là où votre argent ne servira à rien… et nous ne sommes pas tous des Mac Gyver.
Je sais, ç’est rébarbatif, mais une fois que vous accepterez de repartir à 0 sur vos convictions, à ce moment là, le voyage en voiler (mono ou cata) vous procurera du plaisir malgré les déconvenues (certaines ou éventuelles). Et il y en a , pas insurmontables, mais parfois décourageantes. 
Côté équipement : « Less is more » a t on l’habitude de lire sur les forums, mais sachez que tout accessoire
mécanique/electrique/electronique est voué à tomber en panne. A partir de là, selon le degré de vos connaissances et adaptabilité, prévoyez de faire sans le matériel sus nommé; un moteur en rade ? le frigo qui ne refroidit plus? l’electronique qui défaille ? un dessalanisateur en panne ?
Pas loin de la terre pas trop de soucis mais en pleine transat ??? 
Nous avons vu des bateaux se prendre la tête avec les panneaux solaires, jusqu’à qu’ils reprennent tout le montage à zéro. Nous même avec un mauvais serrage d’écrou à la masse, le guindeau était HS… Donc soyez prêts à en connaitre et vouloir apprendre un minimum.
Mr Happy étant notre premier bateau, nous avons appris sur le tas, ce qui n’est pas forcément The Best, et même au bout de 6 années, nous en apprenons tous les jours.

La navigation idyllique ne se produit que trop rarement, tout comme passer 2 semaines sans avoir à bricoler est stabilotée en orange fluo sur le calendrier (et, tiens bizarre… c’est le seul coup de stabylo de l’année!). Il faut à chaque fois composer....

Malgré tous ces mauvais points qu’il faut psychologiquement accepter et cocher, vous serez prêts à apprécier le voyage en voiler que vous avez choisit, le meilleur forcément !
Nous pouvons rajouter les multiples rencontres très variées qui sont d’autant de bonnes raisons de larguer les amarres; voir du pays, d’autres populations, d’autres couchers de soleil, et élargir son cercle d’amis, de relations, que l’on retrouve avec joie afin de poursuivre la conversation  là où elle s’était arrêtée une semaine, un mois, un an auparavant ou plus….

Nos plus beaux mouillages ? difficiles car ce sont à la fois là où nous avons faits de belles rencontres, ou alors les mouillages seuls au monde, ou encore l'eau avait 50 nuances de bleus... et ceci dépend pas mal de la météo aussi...
Les pires ? souvent quand il y a concentration, mais quand il y a du monde, il y a tout ce qu'il faut en principe pour les avitaillements et réparations....

Le bilan donc ? ben, on va continuer notre route, et on verra ensuite ! Pour l'an prochain, une petite virée en Martinique pour faire les pleins puis direction Panama, puis la Polynésie....... D'ici là, nous continuons à découvrir  l'arc des Caraibes...









samedi 9 mars 2019

Une semaine déjà !

Cette semaine est passée vite, pourtant nous n’avons pas été bousculés; quelques bricoles (vidanges moteurs, reprise des haubans, nettoyages divers et variés…), mais ne nous sommes presque pas descendus du cata, sauf petit avitaillement alimentaire, l’annexe restait à poste pendant 2 voir 3 jours consécutifs, nous ne sommes même pas sortis voir le déffilé du Carnaval… La faute un peu à une météo pas top, beaucoup de nuages et de grains, donc nous avons cocooner avec pas mal de lectures.


des tortues de partout, mais elle joue à cache-cache dès qu'elle voit un objectif...

Après Courante et sa couleur "bronze", nous voilà Nana (toujours pavillon allemand !), 
un bateau sans fuites !

joli grain noir du soir n'est pas forcément signe de désespoir ...
il fera beau demain !

samedi 2 mars 2019

Retour en Martinique

La fin de notre séjour sur Marie-galante se termine; nous en avons bien profité avec de bonnes sessions de Kite, des restaus (sauf Chez Henri, vraiment déçus), des apéros....
Une jolie nav de 90nm depuis Marie-Galante direction le sud, avec passage au vent de la Dominique (magnifique côte!), quelques manoeuvres de pont histoire de ne pas perdre la main, et pour finir mouillage à Grande Anse au milieu des tortues, tout ça en 11h !
Par la même occasion, nous retrouvons ces maudits « nids » de casiers uniquement signalés par une simple petite bouteille plastique à peine visible; vivement que les affaires maritimes se penche sur ce problème qui peut être vraiment dangereux pour les bateaux (voiliers et moteurs confondus).
Mais on sent venir un problème; l’éolienne s’est mise à siffler. J’incrimine l’état des pales, des roulements, jusqu’à je m’aperçoive qu’elle ne charge plus : un branchement avec un domino est fondu dans un boitier électrique ! Après une nouvelle connexion adéquate, vérification et nettoyage des autres contacts, Victoire, nous retrouvons notre Miss Eolienne en train de batifoler en silence et qui recharge les batteries !!
A Sainte Anne, nous retrouvons un cata-copain « Jinggle », que nous avions rencontré à Lorient, qui vient de transater, et qui comme nous, va profiter du Marin pour quelques bricolages et maintenances…


Ovni ou Sunset ??
Pas tout jeune ce Sunfish

le soleil se lève, nous mettons les voiles, cap au sud !

celui-là vient jouer avec nous...
(photos de marie !)



jeudi 21 février 2019

Cap au Sud !

Après Jolly Harbour, et une bonne soirée sur un Outremer 45 nouvelle génération, nous pensions revenir direct sur St François par la côte au vent de la Guadeloupe, mais le vent orienté trop sud en a décidé autrement ; du coup mouillage en solitaire sous le vent de l’île dans une jolie petite baie de Pigeon (en dessous de la réserve Cousteau), bien à l’abris des rafales à 30-35nds et de la houle.
Le lendemain, cap sur St François donc mais encore une fois, changement de programme quand on s’est fait cueillir à la pointe du Vieux Fort (canal entre les saintes et la Guadeloupe) toujours par ces rafales à 30-35nds et des vagues de 3m…. Nous avons atterri finalement aux Saintes pour laisser passer ce coup de vent… à noter que par vent d’est- Sud-est, la baie du Marigot est bien protégée et très tranquille….
2 jours plus tard, nous étions enfin à St François après une traversée directe de 4h30 et 33nm parcourus au près avec une mer de face (et une jolie courbe), preuve que le vent s’orient vraiment plus au sud en ce moment ! 
Mouillage dans ce beau lagon aux eaux turquoises, au programme leçon de kite (pas simple mais je progresse…) et spectacle de funboard et Kites-Foils, toute la journée sans oublier les Donuts…
Après 3-4 jours, envie d échanger d’air, direction Marie-Galante, la vingtaine de milles nautiques avalées en 2h30, nous revoilà à Port Louis. En chemin nous croisons les 1er d’une célèbre régate : la Carribean600 au départ (et arrivée) d’Antigua. Plus tard dans l’après midi, au mouillage, c'est l’ancien VOR70 Groupama (vainqueur avec F. Cammas de la Volvo Ocean Race en 2014) actuellement baptisé Wizard 3ème à cet instant, qui nous offre un beau virement juste sous nos yeux… que demander de mieux ?!!

à l'heure de l'apéro, les pirates arrivent...

Kito de pavant remontant à donf sur Antigua pour le départ de la Carribean600



celui là est un poisson; il tient en statique 11 minutes sous l'eau.... !
(capacité pulmonaire hors norme de 11 litres !)

annexe à l'envers, ta caution tu perds #BateauDeLoc


un mât c'est déjà du boulot, mais là....




notre descente puis remontée sur St François, sans louvoyer...

les 1er lors de la Carribéan600, Maserrati

Argo qui termine 2ème malgré un chavirage 48h avant !

un ancien VOR70 de la Volvo Océan Race 3ème qui bvient nous virer sous notre mouillage...


Mise en condition avant une session de Kite






mardi 12 février 2019

Jolly Harbour


Une grande baie avec maximum 5m de fond, une eau chargée en limon (impossible de voir à 1 mètre), un chenal pour les SuperYachts, des zones de mouillages autour avec beaucoup de Canadiens, une marina dans le fond avec un big Supermaket à l’américaine (et pas mal de produits frais sous cellophane (à l'américaine quoi!)), des maisons sur pilotis avec de beaux bateaux juste devant….. voilà comment je pourrai vous décrire Jolly Harbour. Certes,  les bateaux sont un peu plus cheap qu’à English ou Falmouth Harbour mais l’ambiance n’en est que meilleure, moins guindée. Régates amicales les week end, bars-restaurants certains avec nappes blanches, d’autres bien plus simples mais propres et d’un service impeccable… Nous sommes toujours à Antigua, avec ses us et coutumes anglo-saxonnes et ses tarifs qui peuvent être XXL s’il l’on ne fait pas gaffe. Mais ici, c’est comme ça, à chacun son trip.

sa maison et son bateau devant, pas mal non?



manque que les foils pour voler


ça c'est top !




des restes d'Irma et de Maria...



6h du mat, le soleil se lève et nous repartons pour la Guadeloupe...
ça souffle, on a pris 2 ris... Destination Deshaye ou St François selon l'orientation du vent...



dimanche 10 février 2019

Cap au Nord



60nm à parcourir, dans un vent qui est prévu de faiblir, donc nous partons tôt, au lever du soleil.
Les nuages confirment bien la météo marine « journée à grains », nous gardons donc un ris dans la grand voile, par contre vers 9h nous sortons GG le Genaker (1 an qu’il restait dans son sac !), ce dernier nous rapprochant de la vitesse du vent.
Vers 10h, une bonne touche sur la ligne de pêche, mais ce fut un barracuda, impropre à la consommation car Ciguaterra dans cette zone, que nous remettons donc à l’eau. Ensuite, les nappes de sargasses nous ont obligés à retirer la ligne.
à 11h00, le vent tournant sud, nous sortons DD (le code D) et ses 135m2 nous permettent d’atteindre la baie d’English Harbour au sud-est d’Antigua au milieu d’après midi.
Et là, on s’en prend plein les yeux ; des Yachts, super yachts, paradis du carbone et des voiles en membranes dernier cri, des annexes aussi grande que notre cata…. je ne saurais combien de centaines de millions de dollars flottent à cet instant sur les quelques pontons de la baie… impossible à comptabiliser.
Je passe la fin d’après midi à apprécier le spectacle.
Le lendemain, nous partons faire notre entrée, et là, on nous informe qu’il y a un problème : aucune sortie de notre visite de 2017 n’a été enregistrée… Heureusement nos passeports prouvent le contraire, sortie faite sur l’île de Barbuda… Ouf! mais qu’à cela ne tienne, Marie se fait sortir de l’office par la douanière, rancunière de notre bonne foi ou sur  leur mauvaise gestion des entrées/sorties, prétextant que seul le Captain n’a le droit d’être à terre pour les formalités… Sauf que devant et derrière nous, tous les équipages en couples sont présents… en couple ! Saleté de crise d’autorité de sous fifres de l’administration (quelque soit le pays) !
Bref, Marie m’attend dehors et je continue à passer de services de Custom au service d’Immigration, puis de Custom, puis du Port Authorithy… Je paye les 45$ demandés et enfin nous pouvons prendre la poudre d’escampette pour Green Island, une très jolie baie derrière une barrière de corail, amarrage sur bouées (faciles à prendre), raies qui se promènent et quelques langoustes bien cachées……
Nous y passerons 5 jours, en bonne compagnie; cata copains, apéros, et autres réjouissances avec de grandes antennes et faciles à chasser, délicieuses grillées au beurre ou avec une mayonnaise maison…. 
Seul le vent absent ne m’a pas permis de continuer mon apprentissage en Kitesurf, absence remarquée à cette période qui normalement souffle à pleins poumons sur ce spot réputé, mais cette année est très bizarre : vent plein Est, ou Sud-est, même Sud… nous avons même eu de l’ouest, chose que je n’avais jamais vu ici.
Après 5 jours dans ce petit paradis, cap sur Jolly Harbour, sur la côte ouest de l’île, histoire de se reconnecter à la civilisation; petite navigation de moins de 4h, encore au portant avec le flux d’Est-Sud Est.













garde-manger !